2011 verra l'ancien bassiste de Guns N' Roses sortir un film et un album ('The Taking') avec Loaded, ainsi qu'une autobiographie.


Es-tu d'accord si je te dis que The Taking' est plus sophistiqué que vos albums précédents ?

Duff McKagan : Hum... Je dirais que c'est d'avantage un effort de groupe et qu'il est plus concentré, plus concis.


Qu'est-ce qui se cache derrière ce titre 'The Taking' ?

Ah, ça, tu ne le sauras que quand notre film sortira ! J'ai envie de garder un peu de mystère dans un milieu du rock où il n'y en a presque plus...


Avez-vous bossé simultanément sur l'album et le film ?

Non. Nous n'avons pas pensé au film avant d'avoir fini d'enregistrer l'album et de nous apprêter à le mixer. On était alors détendus et excités en même temps, et c'est en buvant notre café du matin ensemble que nous avons eu l'idée de faire un film. Ca sera un peu dans le genre de 'A Hard Day's Night', mais avec notre sens de l'humour un peu merdique ! Et l'album servira de bande originale au film, mais c'est le seul point commun entre les deux.


Vous serez au Sonisphere à Bâle le 23 juin, mais ferez-vous aussi une tournée en clubs ?

Pour l'instant, je ne sais pas encore. Parce que tu sais comment ça se passe avec les festivals : les gens mettent tout leur pognon pour y aller et n'ont plus les moyens pour aller encore faire des concerts en plus dans les clubs. Mais on verra bien.


Vous allez jouer au Sonisphere avec Judas Priest qui, tout comme Scorpions, sont en train de faire leur tournée d'adieu : pourrais-tu imaginer un jour prendre ta retraite ?

Je te parie que Rob Halford ne prendra pas sa retraite ! En ce qui me concerne, je sors un album, je viens d'écrire un livre de 140'000 mots, j'ai composé pour Jane's Addiction et j'écris dans différents médias toutes les semaines : je n'ai pas la moindre idée de comment prendre ma retraite ni même de comment y penser. Donc la réponse est non.


Quand ton livre paraîtra-t-il ?

Le 4 octobre aux Etats-Unis et en ce qui concerne la Suisse romande, on a fait un deal pour le sortir en français à peu près à la même période.


Ton autobiographie n'est pas purement chronologique et ne commence ainsi pas par ta naissance, puis ton enfance, etc.

Oui, mon livre commence en 2010 et rebondit dans tous les sens.


Justement, à la différence de beaucoup de rock stars, tu as écris ce livre tout seul. En quoi aurait-il été différent si tu avais fait appel à un auteur ?

Oh mon Dieu, je n'en ai aucune idée ! Ca fait des années que j'écris toutes les semaines, que ce soit pour Seattle Weekly, Playboy ou ESPN.com : je ne saurais même pas quoi dire à un tiers qui devrait écrire pour moi ! Et c'est parce que j'avais envie de le faire comme ça que j'ai fait ce livre : ça n'est pas une autobiographie typique de rock star, ça n'est pas l'histoire de Guns N' Roses ou de Velvet Revolver. C'est plus l'histoire de comment je suis arrivé au plus profond l'addiction et comment j'en suis sorti. Tu sais, beaucoup de gens me demandent combien je buvais ou combien je prenais de drogues, mais ils n'arrivent pas à le concevoir car c'est beaucoup plus que ce que les gens normaux peuvent comprendre. Alors j'ai essayé d'écrire là-dessus et d'expliquer les étapes par lesquelles on en arrive là. Et l'autre chose qu'on me demande souvent, c'est comment je m'en suis sorti : je l'explique aussi dans le livre.


Maintenant que tu as mûri, est-ce que tu considères le monde du rock'n'roll comme plus futile ou plus sérieux qu'avant ?

D'un côté, je vois plus l'humour dans mon métier : la réalité de certains groupes qui se prennent trop au sérieux est souvent la même que dans le film Spinal Tap ! Mais d'un autre côté, je prends l'écriture de chansons beaucoup plus sérieusement qu'auparavant.


2012 sera l'année du 25ème anniversaire de Appetite For Destruction : peux-tu imaginer que vous célébriez ça avec au moins un show avec le line up classique ?

Je ne pense pas que ça se produira de si tôt, non. Mais je peux me tromper...


FICHE CD 

Nom de l’album : « The Taking »

Label :Armoury Records

Website : www.duff-loaded.com


Gilles Simon Photographies