Peu de temps après la sortie du magnifique coffret “Them XX”, Daily Rock a eu le privilège d’un tête à tête avec Dregen, le charismatique guitariste du groupe. L’occasion d’aborder de nombreux sujets, donc la fameuse rumeur selon laquelle le groupe allait désormais prendre une “pause”...



Vous venez de sortir le coffret “Them XX” (3CD + DVD + Livre de photos) qui célèbre les 20 ans des Backyard Babies : que ressens-tu lorsque tu fais le bilan de ces 20 ans et quand tu regardes toutes ces photos ?

Dregen :Eh bien, pour être honnête, le sentiment qui prédomine, c'est que c'est passé super vite ! C'est allé tellement vite qu'on avait raté nos 10 ans. Mais pour nos 20 ans, ça fait 3 ou 4 ans qu'on a commencé à réfléchir à ce qu'on allait faire pour célébrer ça dignement. C'est ainsi que Peder, notre batteur, qui est un passionné de photographie, s'est mis à systématiquement prendre des photos, sans qu'on n'y prête plus attention, ceci dans l'idée de faire un de ces “coffee table books”, avec seulement des images et pas de textes. Et une fois qu'on a eu ces photos, on a réalisé qu'on avait peut-être 50 faces B qui pour certaines étaient vraiment difficiles à trouver, donc on a décidé de faire une compil de ces raretés sur 2 CD. Puis notre management a pensé que ce serait bien de faire un greatest hits. Et pour finir, on s'est dit “fuck it, on fait la totale” : on ajoute encore le DVD avec le docu et les clips et on fait un box avec tout ça !


Le livre est particulièrement réussi...

Oh, merci. En fait, c'était quasiment aussi difficile que d'écrire un album. Parce qu'on savait que le format devrait être de 120 pages, mais on avait environ un millier d'images. Au début, on a pensé faire un livre entier de photos live, mais on s'est dit que les fans voudraient peut-être voir l'autre face des tournées. Tu vois, par exemple, ce soir, on va jouer 1h40, mais sur une journée il nous reste 22h20 à tuer... Alors au final je crois que le livre est un bon mélange entre photos backstage, photos de concert et photos de tournée.


Qu'est-ce qui a changé en 20 ans ?

La bonne chose, c'est qu'on est toujours les mêmes quatre membres au sein du groupe depuis qu'on a 15 ans et que l'essence de ce que sont les Backyard Babies n'a pas changé maintenant qu'on en a 35. A titre d'exemple, si on prenait aujourd'hui nos dix albums préférés de quand on avait 15 ans, on trouvera toujours qu'ils sont fantastiques. Mais d'un autre côté, beaucoup de choses ont changé. Les trois autres du groupes sont mariés, ils ont des enfants. Et moi j'ai désormais une maison, j'ai même un bateau. Enfin, toutes ces choses plus “adultes”. Mais la mentalité avec laquelle on fait du rock n'a pas changé.


Vous avez énormément tourné depuis des années et maintenant la rumeur parle d'un break : qu'en est-il ?

En réalité, je pense que les Backyard Babies n'ont pas encore réalisé leur meilleur album. On en est à la moitié de notre carrière et on a encore cet album en nous. Mais c'est vrai qu'on a commencé à tourner intensément vers 1997-1998 et depuis lors on a toujours fait plus de 200 concerts par année sans aucun break. Alors on a décidé qu'après cette tournée on ferait une petite pause pour rester à la maison et recharger les batterie. Tu sais, je pense qu'on pourrait entrer en studio demain et faire un bon album. Mais si on veut faire un chef-d'oeuvre, je pense qu'on a besoin d'une année environ sans tourner.


Donc c'est un break d'une année, pas quelque chose de trop long ?

Non, non, non : ça n'est pas notre dernière tournée et on ne se sépare pas.


Votre groupe a tout ce qu'il faut pour être énorme : qu'est-ce qui vous a manqué jusqu'ici ? L'Amérique ?

En fait, on aurait peut-être pu prendre des raccourcis pour devenir célèbres étant plus jeunes, mais d'un autre côté, je ne sais pas si on aurait duré aussi longtemps si on avait fait ça... On a toujours fait les choses à notre façon, nous les quatre mêmes mecs. On a eu des majors qui étaient prêtes à mettre de l'argent sur nous mais qui en même temps nous ont dit de faire une chanson qui sonne comme ci ou comme ça... Fuck you : on fait les choses comme on le souhaite et ça nous fait du bien de pouvoir nous regarder dans le miroir parce qu'on a été honnêtes avec nous-mêmes. Concernant l'Amérique, peut-être qu'on aurait pu faire mieux pour les séduire. Mais ils voulaient qu'on tourne là-bas pendant 2 ans, ce qui était totalement impossible car là-bas on ne gagne rien sur les shows et il faut bien qu'on gagne notre vie aussi... Pour te répondre sur ce qui nous a manqué, je dirais qu'on n'a pas encore connu notre heure de gloire : on aura peut-être un numéro 1 aux States quand on aura 40 ans ! Et je pense qu'on aura toujours l'air cool à 50 ans !(rires) Le temps qui passe n'est pas un problème quand on est honnête avec soi-même.


A ce propos, est-ce cet esprit d'intégrité qui vous a amené à redevenir indépendant en créant votre propre label ?

Sincèrement, je suis musicien et j'essaie de ne pas trop m'inquiéter de l'aspect business... Mais pour être franc avec toi, je te dirais que si j'étais pété de thunes et que je devais investir quelque part, ça ne serait pas dans le music business... C'est triste, mais c'est vrai. Enfin, bon, pour te répondre, on a constaté qu'on avait désormais une bonne base de fans et qu'il était peut-être temps de créer notre propre label et de prendre le contrôle total. Parce que d'ici quelques années, la façon dont la musique sera distribuée aura totalement changé et c'est clairement une bonne chose d'avoir les droits sur ta propre musique et de décider toi-même ce que tu en fais. Tiens, rien que notre coffret Them XX, et bien on n'aurait pas pu le faire aussi bon marché si on n'avait pas été indépendants et qu'un ou l'autre intermédiaire avait encore dû faire sa marge dessus...


J'avais l'intention de te demander si tu avais déjà des infos sur le prochain album des Backyard Babies, mais tu as déjà plus ou moins répondu...

Oui, comme je te l'ai dit, on n'en pas pas encore parlé et on prendra ça après le break. Mais dans l'intervalle, ce que je peux te dire, c'est que j'aurai certainement de la peine à rester inactif... Donc même si je ne peux rien en dire pour l'instant parce que rien n'est fait, je peux quand même te dire qu'il est très probable qu'il y ait quelque chose avec le nom de Dregen dedans qui sorte dans quelques temps...


Dernière question : on n'a jamais su exactement ce qui s'était passé lorsque, il y a quelques années, votre concert en Valais a dû être annulé parce que tu avais fini en prison. Que s'est-il passé ?

Alors, on avait un soir de libre et nous sommes allés manger tous ensemble puis on a fini dans un strip club et, évidemment, tout mon argent suisse s'est envolé... En sortant, je suis allé vers un taxi dont le chauffeur était en train de pisser. Je lui dit que j'avais des euros, des dollars, des couronnes suédoises, des livres, ou même une carte de crédit, mais il ne voulait que de l'argent suisse. Et c'est là que j'ai vu que la porte du taxi était ouverte et que les clefs étaient dessus... Du coup, j'ai sauté dedans et j'ai démarré. Je me suis arrêté après environ 200 mètres parce que c'était juste une blague stupide, je ne voulais pas piquer ce taxi, mais les flics ont débarqué et j'ai quand même fini par faire deux jours de taule en Suisse...


As-tu toujours un rêve ?

Oui, de faire un album qui a un grand impact comme Back in Black, Nevermind the Bollocks, Kiss Alive, Appetite for Destruction ou Nevermind. J'aimerais ressentir une fois dans ma vie ce sentiment d'avoir fait l'album parfait.



FICHE CD 

Nom de l’album : « Them XX »

Label : Billion Dollar Babies / Versity

Website : www.backyardbabies.com


Gilles Simon Photographies