Véritable révélation suisse de cette année 2010, les zurichois d'Adrenaline 101 connaissent un es Vaches Laitières sont originaires des pâturages genevois. Elevées au son des Bérus, et nourries au houblon, c’est après avoir arpenté bien des scènes qu’elles se sont décidées à passer à l’action. Leur premierCD 'La meilleure c’est la 8', vient de sortir dans les bonnes crèmeries. Et ça décoiffe !


Vous avez beaucoup tourné avant même d'avoir enregistré votre premier album. Vous avez même tourné avec Glenn Hughes : c'est plutôt surprenant, non ?

Pascal (basse) : En fait, on s'est formés en 2005. Puis on a enregistré un EP 5 titres qu'on a jamais commercialisé mais qui a servi à démarcher les labels et à faire notre promo. On a ainsi décroché plusieurs concerts. En ce qui concerne la tournée avec Glenn Hughes, c'est surtout une histoire d'amitié parce qu'on se connaissait avec le management.


Votre style est très personnel et relativement difficile à décrire : comment le présenteriez-vous ?

Hens (guit.) : C'est difficile à dire... On a intégré le rock des 70's jusqu'à aujourd'hui, mais quand on compose, ce n'est pas spécialement dans un style particulier, c'est surtout une question de feeling.

Delon (chant) : En fait, comme on compose tous ensemble, chacun apporte sa pierre à l'édifice. Mais si on devait décrire ce qu'on fait, je dirais qu'on fait du “New Rock” : beaucoup de racines old school avec une touche moderne.


Quels sont vos plans pour promouvoir “Twelve Steps Program” ?

Hens : Jouer autant que possible, en Suisse ou à l'étranger avec d'autres groupes.

Delon : Tourner dans autant d'endroits possible.

Pascal : Nous tenons absolument à jouer en Suisse romande !


Est-ce que le fait d'avoir un label vous aide pour tourner ?

Pascal : Ca aide clairement dans la mesure où ça permet une meilleure exposition et ainsi de favoriser les contacts avec les promoteurs.


Avez-vous l'impression de faire partie de la scène suisse ?

Delon : Disons qu'on a l'impression de faire partie d'une minorité en Suisse...

Pascal : Le problème en Suisse, c'est qu'on n'a pas de scène rock à Zurich, par exemple. Ici, les groupes s'observent et sont jaloux si l'un a tout à coup un peu de réussite. On ne se dit pas “hey, j'aime ce que tu fais, si on faisait un concert ensemble”, et c'est dommage parce qu'à l'étranger ça se passe beaucoup mieux. Bien sûr, on a des groupes avec qui on s'entend bien en Suisse, comme Redeem, mais c'est une minorité.


Vous venez d'ouvrir pour les Backyard Babies qui célèbrent leur 20 ans : comment voyez-vous A101 dans 20 ans ?

Delon : Je serai six pieds sous terre dans 20 ans ! (rires)

Hens : Je pense qu'on sera les mêmes que maintenant, peut-être – espérons-le – avec un peu plus de succès...

Pascal : Et comme notre groupe est une histoire de potes depuis le début, c'est vrai qu'on peut très bien s'imaginer être toujours les mêmes ensemble dans 20 ans, oui.

Delon : C'est une bonne comparaison, car les Backyard Babies ont commencé très jeunes, entre potes, et n'ont jamais changé de line up. Je trouve ça rock'n'roll.



Gilles Simon Photographies