Inutile de présenter ceux qui furent les fers de lance du hard du début des années quatre-vingt, rejoints cinq ans plus tard par Guns n' Roses. Trente ans après leurs débuts, ils ont non seulement survécu (ce qui n'était pas une mince affaire, vu leur hygiène de vie hallucinante de l'époque), mais ils demeurent surtout redoutables tant sur scène que sur album (jetez une oreille sur leur 'Saints Of Los Angeles', si vous en doutez). Nous avons eu le plaisir de bavarder avec Vince Neil (chant) quelques minutes avant leur concert du 21 juin dernier à Bâle (et quelques semaines seulement avant la sortie de leur nouveau titre : 'SEX').

 


 

Evidemment, la première question est l'habituelle : comment se passe cette tournée ?

 

Vince Neil : oh, ça se passe très bien !

 


 

J'ai justement lu dans ton bouquin ('Tattoos & Tequila', son autobiographie parue en 2011) que tu apprécies particulièrement l'Europe, puisque tu la considères d'une certaine manière comme le berceau du rock à cause des Beatles et des Rolling Stones...

 

Oui, j'adore l'Europe, en particulier toutes ces différences d'un pays à l'autre et d'une population à l'autre. Dommage que ça soit déjà quasiment terminé, puisqu'il ne nous reste plus que deux concerts avant de repartir aux USA...

 


 

...où vous allez attaquer la tournée en co-tête d'affiche avec Kiss...

 

Tout à fait !

 


 

...ce qui vous amène jusqu'au mois de septembre. Mais après, qu'y a-t-il de prévu ?

 

Je pense que Mötley ne va pas faire grand chose dans le dernier trimestre. En ce qui me concerne, j'aurai quelques shows en solo jusqu'à la fin d'année.

 


 

Donc pas de nouvel album de Mötley en vue ?

 

Non non, nous n'en aurons pas le temps. Car nous allons encore tourner toute l'année prochaine.

 


 

Ce qui voudrait dire que, contrairement à ce que tu as déclaré en fin d'année passée, tu te vois quand même un avenir avec Mötley Crüe ?

 

Et bien, là, tu vois, on va d'abord voir ce que cette tournée avec Kiss va donner. Parce qu'on parle de la ramener en Europe et dans le reste du monde l'année prochaine.

 


 

Ah bon, j'ignorais cela...

 

Oui, ça devrait se faire.

 


 

Et sinon, tu prévois un prochain album solo ?

 

Oui, quand j'aurai le temps... Mais là ça n'est pas possible, parce que toute l'année prochaine sera occupée avec Mötley, entre la tournée avec Kiss et des nouvelles 'résidences' ('residencies' en anglais, soit le fait de jouer plusieurs dates de suite au même endroit, comme les 12 dates consécutives que Mötley Crüe a effectuées à Las Vegas en février 2012, NDR).

 


 

Ah bon, vous remettez ça ? A Las Vegas de nouveau ?

 

Oui, à Las Vegas et à peut-être aussi à Atlantic City.

 


 

Tout ça fait plaisir à entendre, parce que c'est vrai que tes déclarations faisaient craindre la fin de Mötley Crüe...

 

En fait, je vais prendre tournée après tournée et je verrai ce qui se passe...

 


 

Pour en revenir à ton bouquin, est-ce que tu regrettes parfois d'y avoir été aussi honnête ?

 

Non, dans ce genre de livres, tu dois être honnête. Tu ne dois pas passer des trucs sous silence sous prétexte de donner une meilleure image de toi.

 


 

Mais c'est tout de même surprenant de lire des trucs du genre 'Je ne suis plus membre de Mötley Crüe, je dois juste chanter avec eux'...

 

Ca n'est pas comme si je ne faisais pas partie du groupe : je fais partie du groupe. Mais je ne fais simplement plus partie du côté 'entreprise' du groupe. Si je n'en fais plus partie, c'est parce que ça me permet de faire tout ce que je veux et que, de surcroît, les autres doivent me demander mon accord pour les tournées. Typiquement, pour la tournée avec Kiss, ils ont dû me demander mon avis. Si j'avais refusé, je n'aurais pas dû y prendre part. Et Mötley n'aurait pas tourné.

 


 

J'ai parfois le sentiment que tu es une personne que les gens aiment détester, que ça soit en raison de l'accident de voiture avec Razzle (dans lequel le batteur de Hanoi Rocks a trouvé la mort, en 1984), tes participations à des shows de télé-réalité, ou pour tes arrestations plus récentes... Comment ressens-tu cela ?

 

Je m'en fiche (rires) ! Tu sais l'accident avec Razzle date d'il y a 28 ans...

 


 

Mais les gens en parlent encore !

 

Oui, mais ça m'est égal. J'ai une super vie à Las Vegas, un groupe solo génial, tout va bien avec Mötley Crüe... donc si les gens ne m'aiment pas pour une raison ou une autre JE-M'EN-FICHE !(rires)

 


 

Pour moi, Mötley Crüe représente les eighties, mais également la débauche, les excès, etc. Mais ça n'est que mon opinion... Qu'en penses-tu ?

 

C'est exactement ça ! (rires) Avec Mötley Crüe, nous avons toujours fait les choses à notre façon. Et c'est quelque chose de formidable de toujours avoir du succès et d'être encore viable 31 ans après avoir débuté, en continuant à remplir des stades et des grandes salles. D'ailleurs, des années quatre-vingt, il n'y a guère plus que quatre groupes qui continuent à le faire : il y a nous, Bon Jovi, Metallica et U2. C'est tout. Alors certes, il y a beaucoup d'autres groupes des eighties qui continuent à jouer, mais ils ne remplissent plus les grandes salles comme ils l'ont fait dans le passé. Prends Poison, par exemple : ils ne remplissent plus...

 


 

En effet, ils ont besoin de vous (allusion à la tournée en commun Mötley Crüe / Poison / New York Dolls en 2011)...

 

Oui, on a dû les emmener avec nous... Ah, tiens, Def Leppard réussissent aussi toujours à remplir. Mais c'est plutôt un groupe de la fin des seventies... Enfin, quoi qu'il en soit, nous ne sommes plus qu'une poignée de groupes de l'époque à toujours bien fonctionner.

 


 

Mais est-ce que tu penses que, pour autant, Mötley Crüe reçoit le respect qu'il mérite de la part du milieu musical ?

 

Non, on ne reçoit aucun respect du tout de la part du milieu musical. Mais on s'en fiche. Tout comme, par exemple, le Rock n' Roll Hall Of Fame se fiche de nous.

 


 

Tu accepterais quand même d'y être intronisé ?

 

Je n'aimerais pas en faire partie...

 


 

Comme Axl Rose ?

 

Non, Axl a refusé pour les mauvaises raisons... Mais je pense que Mötley Crüe ne devrait simplement pas y être avant que Kiss y soit.

 


 

Kiss n'est pas au Rock n' Roll Hall Of Fame ???

 

Non, ils n'y sont pas ! Et ça, ça n'a aucun sens pour moi.

 


 

Et toi, à titre personnel, penses-tu que tu as le respect que tu mérites en tant que chanteur et frontman ?

 

Oui, parce que je me donne à fond chaque soir et que ma voix est meilleure qu'elle l'était il y a trente ans. Tu sais, je peux chanter tous les soirs, peu importe les conditions, ça n'a pas d'importance : aussi longtemps que je vais sur scène, que je m'y amuse et que je sonne bien, c'est tout ce que les gens attendent de moi.

 


 

Si tu pouvais changer une chose dans ta carrière, ça serait quoi ?

 

Je ne changerais rien. Tout est vraiment bien.

 


 

Et si tu pouvais remonter dans le temps, que dirais-tu à ce jeune gars (je lui montre sa photo sur la pochette du premier album de Mötley Crüe, 'Too Fast For Love', sorti en 1981) ?

 

(rires) Je lui dirais... Ne te marie pas ! (rires)

 


 

A tes débuts, David Lee Roth (Van Halen) t'a donné des conseils qui t'ont été utiles : si tu devais t'adresser à un jeune musicien d'aujourd'hui, que lui dirais-tu ?

 

Probablement la même chose que ce que David Lee Roth m'a dit : n'oublie pas que c'est un business. Prends du plaisir sur scène, mais mets de l'argent de côté, parce qu'il y a beaucoup de gens pourris dans ce milieu. Et ne fais pas confiance à tout le monde.

 


 

Comment décrirais-tu les membres de Mötley Crüe en deux mots ?

 

Nikki Sixx : très intelligent ('very smart');

 

Tommy Lee : clown de la classe ('class clown');

 

Mick Mars : le mort-vivant ('the undead');

 

et... Vince Neil : un gars ordinaire ('regular guy').

 


 

Qu'est-ce qui te rend le plus fier dans ta carrière ?

 

En ce qui concerne le groupe, et parce que nous venons de Los Angeles, je pense que c'est d'avoir notre propre étoile sur le Walk Of Fame. Ca, c'était vraiment cool.

 


 

Et qu'est-ce qui te rend le plus honteux ?

 

Heu... Je n'ai honte de rien, en réalité. Lorsque de mauvaises choses se produisent, on en tire une leçon. Mais je n'ai aucun regret.

 


 

A propos de ces choses qui auraient pu vous rendre honteux... je me pose une question : où en est l'adaptation cinématographique de 'The Dirt', la biographie de Mötley Crüe ? Parce que j'ai de la peine qu'on puisse faire un film grand public où les héros passent leur temps à picoler, à se shooter et à baiser...

 

Je n'en sais rien. J'entends des rumeurs selon lesquelles c'est en train de se faire ou que ça va se faire. On verra bien s'ils arrivent à faire une adaptation, mais je ne sais pas où ça en est.

 


 

Et pour terminer, comment se passe ta vie à Las Vegas ?

 

Tout va bien. Je viens d'ouvrir un nouveau strip club, j'étends mes restaurants mexicains, j'ai une nouvelle vodka qui va sortir, une nouvelle tequila... Pour l'instant seulement aux Etats-Unis, mais on va développer ça outre-Atlantique également dans le futur.

 


 


 

FICHE CD 

 

Nom de l’album : « Saints Of Los Angeles »

 

Label : Motley Records / Eleven Seven Music

 

Website : www.motley.com


 



Gilles Simon Photographies